Page 02 - La MAECLux
Page 03 - Le groupe transgenre
Page 06 - Les transitions
Page 07 - Traitement hormonal féminisant
Page 08 - Traitement hormonal virilisant
Page 09 - Les chirurgies de féminisation
Page 13 - Les adolescents transgenres
Page 12 - Enfants transgenres
Page 10 - Les chirurgies de virilisation
Page 16 - Les personnes non binaires
Page 21 - Le milieu professionnel
Page 23 - Nos activités
Page 24-0 - Média et presse
Page 25 - Nous contacter
Page 04 - Quelques définitions
Page 05 - Respecter les personnes transgenres
Page 11 - La sauvegarde des gamètes
Page 18 - La famille
Accueil
Page 15 - Les personnes intersexes
Page 14 - Les adultes transgenres
Page 17 - Les parents
Page 19 - Les couples
Page 20 - Les amis et relations
Page 20A - Le milieu scolaire
Page 22 - Les témoignages

" Si je vous raconte un peu de mon histoire, cela ne signifie pas que vous


vivrez la même histoire que moi. Chaque transition est unique ! "

Les témoignages des personnes trans*

Menu

Maison Arc-en-ciel

Groupe Transgenre

Aspect médical

Les transitions

Hormone féminine

Hormone masculine

Chirurgie féminine

Personnes Trans*

Les adolescents

Les enfants

Chirurgie masculine

Personne non binaire

Le milieu professionnel

Nos activités

Dans les médias

Nous contacter

Présentation

Un peu de théorie

Quelques définitions

Respecter les Trans*

Les gamètes

La famille

Milieu de vie

Notre visibilité

Accueil

Personne intersexe

Les adultes

Les parents

Être en couple

Les amis & relations

Milieu scolaire

Témoignage d'une jeune femme transgenre lorsqu'elle était adolescente


Si votre enfant vous fait son coming out, c'est, certes, une question d'honnêteté, mais surtout de confiance. On choisi de faire confiance à ses parents quand il s'agit de leur annoncer que, non, leur enfant n'est pas celui qu'ils croient.

Si c'est en début de transition, c'est une période de doute, on remet chaque aspect de sa vie en question et on a besoin d'avoir un point d'ancrage, de savoir qu'on pourra toujours compter sur la présence et le soutient de ses parents.

Que vous soyez déjà sensibilisé sur le sujet ou qu'il vous soit inconnu, le principal reste d'être à l'écoute de votre enfant. C'est peut-être juste des interrogations, c'est possible que ça lui passe, la plupart du temps ça n'est pas le cas, mais peu importe. Votre enfant est une personne à part entière et sa vie lui appartient. Ce sont ses erreurs, ses choix, et pour le cas qui nous concerne, leur identité. Il est important qu'une personne puisse se forger elle même, sans que l'on essaye de faire reposer sur elle les espérances ou stéréotypes de quelqu'un d'autre.

Dernier point, et pas des moindres, accompagnez votre enfant dans sa transition. À moins qu'il ne vous demande le contraire et sans pour autant être sur son dos à chaque instant. Dans tous les cas, renseignez-vous sur la transidentité, cherchez à comprendre de quoi il s'agit et montrez lui que vous vous intéressez et êtes sensible à ce qu'il vit. Être transgenre n'est pas toujours facile, et tout parent devrait pouvoir apporter un moment de répit à son enfant.

Témoignage concernant la famille d'une personne transgenre


Comme pour les parents, se renseigner et se montrer sensible à ce que vit la personne concernée. Cela dit, les relations ne seront pas les mêmes avec le reste de la famille.

Soyez des alliés. Apprenez ce qu'il est correct ou pas de dire et défendez nos droits quand ils sont bafoués.

C'est ce que chaque personne devrait faire, mais peut-être qu'on est plus susceptible de réagir ou de se remettre en question quand on a dans sa famille une personne concernée.

Que ce soit famille éloignée ou non, dans tous les cas cela ne changera rien à vos vies. Votre frère vous annonce qu'elle sera votre soeur à partir d'aujourd'hui? Qu'à cela ne tienne. Au pire ça ne change rien, au mieux elle sera plus en confiance avec vous.

La famille est précieuse à partir du moment où elle vous fait comprendre que vous l'êtes tout autant.

Témoignage concernant les effets de la transition sur une personne transgenre


Avec ma transition, ce n'est pas que mon apparence ou mon nom qui ont changés, je ne suis littéralement plus la même personne. C'est l'une des choses que l'on dit pour se rassurer, et pour rassurer les autres: «Oui, je suis une femme mais je reste moi.».

C'est faux, tout simplement. Quand on passe par une remise en question de son identité, on remet en question tout le reste. Qu'est-ce qui est vrai? Qu'est-ce qui est bien ou mal? Et mon comportement, mes amis, ma vision du monde,...? Ma place dans le monde? Et quel monde?

J'ai été dans le déni pendant quinze ans (j'en ai vingt-cinq) à jongler d'un identité à une autre. J'ai eu des amis qui correspondaient à l'une, puis à l'autre,... Pour au final n'avoir plus personne.

En transitionnant, je suis sortie de ma bulle. J'étais enfin en paix avec moi même et par conséquent avec le reste du monde. J'ai changé mes habitudes, ma façon de penser, mes fréquentations...

Moi qui étais seule dans mon coin je me suis rapprochée de ma famille qui, heureusement, est restée là pour moi. Et j'ai réalisé qu'elle l'avait toujours été.

Ma vie amoureuse aussi en a été impactée. Maintenant que je suis moi même, je sais ce que je veux et ce à quoi j'accorde de l'importance. Je suis plus épanouie que je ne l'aurais jamais été si j'étais restée dans l'ombre.

J'ai commencé à comprendre comment fonctionnait la société et comment elle me traiterait maintenant qu'elle sait que je suis une femme. Maintenant qu'elle sait que je suis trans. Et même si un milliard de vécus pourront me dégoûter de cette société, je reste fière de qui je suis, fière d'être une femme et fière d'être trans.

Parce-que ça peut faire peur, c'est pas une vie facile, mais on n'est pas seul-es. C'est toute une communauté qui se sert les coudes et sur qui l'on peut compter pour rendre cette existence plus paisible.