Page 02 - La MAECLux
Page 03 - Le groupe transgenre
Page 06 - Les transitions
Page 07 - Traitement hormonal féminisant
Page 08 - Traitement hormonal virilisant
Page 09 - Les chirurgies de féminisation
Page 13 - Les adolescents transgenres
Page 12 - Enfants transgenres
Page 10 - Les chirurgies de virilisation
Page 17 - Les parents
Page 22 - Les témoignages
Page 23 - Nos activités
Page 24-0 - Média et presse
Page 25 - Nous contacter
Page 04 - Quelques définitions
Page 05 - Respecter les personnes transgenres
Page 11 - La sauvegarde des gamètes
Page 19 - Les couples
Accueil
Page 15 - Les personnes intersexes
Page 14 - Les adultes transgenres
Page 18 - La famille
Page 20 - Les amis et relations
Page 21 - Le milieu professionnel

Page 16 - Les personnes non binaires
Page 20A - Le milieu scolaire

“Pour être irréprochable dans une communauté de moutons,


il faut être soi-même un mouton”

Menu

Maison Arc-en-ciel

Groupe Transgenre

Aspect médical

Les transitions

Hormone féminine

Hormone masculine

Chirurgie féminine

Personnes Trans*

Les adolescents

Les enfants

Chirurgie masculine

Les parents

Des témoignages

Nos activités

Dans les médias

Nous contacter

Présentation

Un peu de théorie

Quelques définitions

Respecter les Trans*

Les gamètes

Être en couple

Milieu de vie

Notre visibilité

Accueil

Personne intersexe

Les adultes

La famille

Amis & relations

Milieu professionnel

Les personnes non-binaires

La non-binarité est un concept utilisé en sciences sociales pour désigner la catégorisation des personnes, dites non-binaires ou genderqueer, dont l'identité de genre ne s'inscrit pas dans la norme binaire, c'est-à-dire qui ne se ressentent ni homme, ni femme, mais entre les deux, un « mélange » des deux, ou aucun des deux.


Cette identité s'oppose à la binarité de genre et à la hiérarchie des genres qui peut l'accompagner (le patriarcat). Elle remet aussi en cause l'assignation sexuelle à un genre donné.


La non-binarité ne doit pas être confondue à :

       1. L'androgynie qui fait référence à l'apparence, c'est-à-dire la manière dont les autres voient cette personne.

       2. L'intersexuation qui concerne les caractéristiques anatomiques et notamment sexuelles de la personne.


L'identité de genre non binaire concerne le ressenti de la personne à l'instar des personnes transgenres mais elles ne sont pas transgenres pour autant.

Elle est aussi totalement étrangère à l'orientation sexuelle. En effet, une personne non-binaire peut être hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, asexuelle ou pansexuelle.


Au début du XXIème siècle, un nouveau terme est apparu pour qualifier ces personnes. Il s'agit du terme “intergenre” qui se veut être un terme "coupole" reprenant les catégories suivantes : "agenre", "neutrois", "bigenre", "gender fluid", "pangenre".


Toutes ces expressions ont un point commun : celui de défaire la hiérarchie des genres, de refuser l’ordre des genres, c’est-à-dire un monde fait uniquement d’hommes et de femmes. Elles mettent l’accent sur la fluidité du genre. Pour schématiser, les gender-fluid, ce sont des personnes qui vont se définir, à un moment donné, par rapport à leur ressenti, plus dans un axe féminin ou masculin, mais sans se sentir cantonnées à un genre ou à un autre. C’est aussi une autre façon de neutraliser le genre et les rôles de genre.


Les identités “agenre” et “neutrois” sont le refus le plus affirmé d’un marqueur de genre et par conséquent la forme la plus poussée de la non binarité.


Pour savoir comment s'exprmier devant une telle personne, la seule chose à faire est de lui demander comment elle souhaite être qualifiée et quel pronom doit-on utiliser. Ainsi informé, la conversation pourra se dérouler dans un climat respectueux et convivial.


Je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour lire l'article concernant ce sujet sur le site de la Maison Arc-en-ciel :

Lien vers le document de la MAEC

Milieu scolaire