Page 02 - La MAECLux
Page 03 - Le groupe transgenre
Page 06 - Les transitions
Page 07 - Traitement hormonal féminisant
Page 08 - Traitement hormonal virilisant
Page 09 - Les chirurgies de féminisation
Page 14 - Les adultes transgenres
Page 12 - Enfants transgenres
Page 13 - Les adolescents transgenres
Page 17 - Les parents
Page 22 - Les témoignages
Page 23 - Nos activités
Page 24-0 - Média et presse
Page 25 - Nous contacter
Page 04 - Quelques définitions
Page 05 - Respecter les personnes transgenres
Page 10 - Les chirurgies de virilisation
Page 19 - Les couples
Accueil
Page 15 - Les personnes intersexes
Page 16 - Les personnes non binaires
Page 18 - La famille
Page 20 - Les amis et relations
Page 21 - Le milieu professionnel
Page 11 - La sauvegarde des gamètes
Page 20A - Le milieu scolaire

“Face à certaines personnes,


il est dangereux de se payer le luxe d'être soi-même.”

La sauvegarde des gamètes

Menu

Maison Arc-en-ciel

Groupe Transgenre

Aspect médical

Les transitions

Hormone féminine

Hormone masculine

Chirurgie féminine

Personnes Trans*

Les adultes

Les enfants

Les adolescents

Les parents

Des témoignages

Nos activités

Dans les médias

Nous contacter

Présentation

Un peu de théorie

Quelques définitions

Respecter les Trans*

Chirurgie masculine

Être en couple

Milieu de vie

Notre visibilité

Accueil

Personne intersexe

Personne non binaire

La famille

Amis & relations

Milieu professionnel

Un gamète est une cellule mature mâle (spermatozoïde) ou femelle (ovocyte) qui s'unit à un autre gamète de sexe opposé pour être fécondée et ensuite donner naissance à un embryon.


En Belgique, la loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée (PMA) et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes régit les conditions du don et de la sauvegarde.


La loi prévoit que le donneur doit être âgé entre 18 et 45 ans et être en bonne santé, ce qui aura été vérifié par des tests préalables.

L'article 37 de cette loi autorise le prélèvement de gamète en vue d'un projet parental ou d'une cryoconservation pour un projet parental ultérieur.


En Wallonie et à Bruxelles, il y a des centres de " procréation médicalement assistée " (PMA) qui sont habilités à réaliser la sauvegardes des spermatozoïdes et des ovocytes. Deux d'entre eux ne sont pas " transfriendly " et refusent de prendre en considération les demandes des personnes transgenres qui s'adressent à eux.


Il n'en reste donc qu'un sur qui nous pouvons compter jusqu'à présent. Si cela vous intéresse, vous pouvez demander les coordonnées de ce service à la responsable du groupe transgenre par mail ou par téléphone.


Ci-dessous la procédure telle qu'elle est conseillée afin qu'elle reste aisée tant sur le plan médical que sur la plan administratif.


1. Avant de contacter le centre de PMA :

     La première chose importante à prendre en compte est qu'il ne faut pas encore avoir commencé de traiement hormonal

    car celui-ci va rendre la collecte beaucoup plus difficile.

    La seconde chose importante à faire est d'avoir fait sa transition légale. Il est plus aisé pour le service médical de

    stocker les gamètes au nom définitif du demandeur plutôt que de devoir rechercher par la suite l'échantillon stocké

    pour l'enregistrer à un autre nom.

    La troisième chose importante est de demander au médecin traitant pour qu'il prescrive une analyse sanguine afin de

    s'assurer que le donneur n'est pas atteint des hépatites b ou c, du VIH (sida) ou d'une maladie sexuellement

    transmissible (MST) telle que la syphilis.


2. Lors de la consultation :

    Amener avec vous les résultats de la prise de sang.

    Il faudra peut-être plusieurs consultations pour obtenir un don de gamètes valable. Tout cela dépend de la qualité et de

    la quantité de gamètes obtenue lors de la première consultation.

    Bien écouter les explications du médecin qui vous recevra car les conditions d'utilisation des gamètes sont très strictes.


3. Paiement :

    La conservation des gamètes coûte 100 euros pour les dix premières années.

    Après ce premier délai, pour continuer la conservation, il faudra payer à nouveau 100 euros m ais seulement pour deux

    ans.

Milieu scolaire