Page 02 - La MAECLux
Page 07 - Traitement hormonal féminisant
Page 08 - Traitement hormonal virilisant
Page 09 - Les chirurgies de féminisation
Page 10 - Les chirurgies de virilisation
Page 14 - Les adultes transgenres
Page 12 - Enfants transgenres
Page 13 - Les adolescents transgenres
Page 17 - Les parents
Page 22 - Les témoignages
Page 23 - Nos activités
Page 24-0 - Média et presse
Page 25 - Nous contacter
Page 04 - Quelques définitions
Page 05 - Respecter les personnes transgenres
Page 06 - Les transitions
Page 11 - La sauvegarde des gamètes
Page 19 - Les couples
Accueil
Page 15 - Les personnes intersexes
Page 16 - Les personnes non binaires
Page 18 - La famille
Page 20 - Les amis et relations
Page 21 - Le milieu professionnel
Page 03 - Le groupe transgenre
Page 20A - Le milieu scolaire

“Pour être soi-même, il faut être quelqu'un.”

Le groupe transgenre

Maison Arc-en-ciel

L'aspect médical

Hormone féminine

Hormone masculine

Chirurgie féminine

Chirurgie masculine

Personnes Trans*

Les adultes

Les enfants

Les adolescents

Les parents

Notre visibilité

Des témoignages

Nos activités

Dans les médias

Nous contacter

Milieu de vie

Un peu de théorie

Quelques définitions

Respecter les Trans*

Les transitions

Les gamètes

Être en couple

Le jour de la création de la Maison Arc-en-ciel, il a été décidé d’organiser un groupe à destination des personnes transgenres, de leur famille et de leurs proches.


La gestion du groupe a été confiée à Lola Nicolas qui, à ce moment-là, était la seule, membre du groupe. Mais il n’a pas fallu attendre longtemps pour que d’autres personnes transgenres viennent la rejoindre. Un an plus tard, le groupe comptait déjà sept membres et il n’a cessé de croître au fur et à mesure des années qui passaient.


Devant l’ampleur que prenait ce groupe, la coordinatrice de la Maison Arc-en-ciel a désigné une animatrice pour venir épauler Lola. C’est ainsi qu’en juin 2017, Julie est arrivée. En sa qualité d'animatrice, Julie a insuflé une dynamique nouvelle au groupe qui a vu son nombre de participant(e) augmenter. Nous pouvons dire que l'équipe “Julie et Lola” est une équipe de choc. 


Et le groupe a continué de grandir pour en arriver à compter aujourd’hui quarane-sept adultes. Depuis mai 2019, des adolescents sont venus rejoindre les adultes et il a fallu réorganiser le travail pour tenir compte de la spécificité de ces jeunes personnes transgenres. Actuellement, ils sont douze inscrit(e)s.

Au sein de l’association, les personnes transgenres peuvent trouver :

  • Une aide personnalisée suivant les besoins qu’elles expriment

  • Un soutien moral dans les moments les plus difficiles

  • Un soutien plus spécialisé au moment de se lancer sur le chemin de la transition.

  • Un accompagnement lors des démarches pour la modification de l’identité légale

  • Un accompagnement lors des premiers contacts avec les médecins endocrinologues

  • Un groupe de paroles où elles peuvent exprimer leurs joies, leurs peines, leurs interrogations et recevoir des réponses sans critique ni jugement.

  • Des entretiens individuels lorsqu’elles le souhaitent

  • Des réunions de soutien aux membres de leur famille et de leurs proches.

  • Des informations juridiques pour les cas les plus difficiles


Tout au long de l’année, une adresse mail spécifique est à la disposition de toute personne transgenre qui souhaite recevoir des informations qu’elles soient juridiques, médicales, psychologiques ou sociales. C’est ainsi que, sur une année, plus ou moins cent-soixante personnes adressent un ou plusieurs messages à Julie ou à Lola. Plusieurs dizaines de personnes résidant en Belgique francophone et en France ont ainsi entamé leur transition sans jamais être venues physiquement dans l’association. Pour contacter les responsables du groupe, deux adresses mail sont disponibles sur la page “contact”.    


Des contacts sont pris régulièrement avec les médecins endocrinologues wallons travaillant au profit des personnes transgenres afin d’améliorer leur prise en charge en leur évitant une psychiatrisation dégradante et inutile. Cela ne signifie pas que le travail des psychologues soit inutile mais il faut qu’il soit au service des personnes transgenres qui en ressentent le besoin, pas pour savoir si elles sont vraiment transgenres mais bien pour les aider à avancer et accepter leur état de personnes transgenres.

Menu

“ Lux Transitude”

Accueil

Personne intersexe

Personne non binaire

La famille

Amis et relations

Milieu professionnel

Milieu scolaire